Archive

Archive for the ‘Economie’ Category

Une stratégie, au travers et au-delà de l’ACTA

Une analyse sur le parcours du projet ACTA au sein des instances de la commission européenne.

Article disponible sur :  http://www.laquadrature.net/node/5506 le 08 mars 2012

 

Les événements de ces deux dernières semaines ont radicalement altéré le cours du débat sur ACTA et de sa procédure de ratification, tant au niveau européen que des États membres. La pression citoyenne colossale a eu un effet incontestable et a modifié l’équilibre des forces en présence. De peur qu’ACTA soit rapidement rejeté, le commissaire européen De Gucht a réussi à ralentir la procédure d’un ou deux ans. En gardant à l’esprit des objectifs clairs, il est peut-être temps de penser aussi au-delà d’ACTA pour comprendre comment tenter collectivement de protéger nos libertés en ligne, en repensant un régime du droit d’auteur malade, en guerre contre l’Internet libre.

ACTA est peut-être déjà mort

Nous, citoyens, pouvons être fiers

Lors de l’atelier public sur ACTA, la semaine dernière, en présence du commissaire Karel de Gucht et modéré par l’eurodéputé Vital Moreira, président de la commission INTA1, la tension manifeste l’a clairement démontré : le Parlement et la Commission ont désormais peur des citoyens et de la rue. Nous avons assisté pendant cet atelier à une parodie de débat, où les orateurs étaient soit des membres de la Commission, soit des universitaires, soit faisaient partie des rares pro-ACTA restant (dont l’administrateur d’un lobby pro-ACTA2 ! Aucun représentant des groupes d’auteurs, d’artistes ou de citoyens n’a été invité, malgré la demande de La Quadrature du Net d’y participer. Lire la suite…

Publicités
Catégories :Economie, Europe, International Étiquettes : , ,

Un accord gouvernemental entre innovation et régression sociale

décembre 9, 2011 3 commentaires

toutes les photos de la manifestation par Pierre Capoue

Dans un climat de crise économique, Elio Di Rupo présente la Déclaration de Politique générale de la Belgique. L’accord pèse 180 pages dont une moitié est dédiée aux réformes institutionnelles et l’autre détaille la politique socio-économique que conduira la coalition gouvernementale. L’accord se révèle un délicat équilibre entre de timides mesures sur la fiscalité du capital et de véritables mesures de régression sociales.

Dans ce contexte, vendredi le 02 décembre de 80 à 100,000 travailleurs, jeunes, chômeurs, retraités défilaient dans les rues de Bruxelles sous les bannières des trois grands syndicats belges. Nous découvrions officiellement le texte de l’Accord gouvernemental après les 535 jours d’errance politique au pays de la frite.

Des bribes de l’accord ont déjà filtré depuis le début de la semaine, cela explique la large mobilisation de ce frisquet vendredi matin. Mais comme rien n’est simple en Belgique, les tendances politiques des trois grands syndicats sont également représentées dans le nouveau gouvernement Di Rupo 1er. De fait, les instances syndicales se retrouvent coincées entre le réalisme politique et les intérêts de leurs affiliés.

Il faut dire que l’accord est un cocktail compliqué et délicat entre les justes revendications socialistes, les désires des libéraux, le moralisme complexé des démocrates-chrétiens et les exigences du techno-libéralisme du conseil de l’Europe. Lire la suite…

Islande, les hooligans de l’économie mondialisée

Islande, un laboratoire pour une transformation des relations économiques internationales

En 2008, alors que le monde tremblait et que les pays sérieux investissaient massivement pour sauver leurs secteurs bancaires privés, l’Islande bouleversait les grands actionnaires internationaux en annonçant son refus d’éponger les dettes de ses trois grandes banques privées.

C’était la nationalisation. Les banques : Glitnir, Kaupthing et Landsbanki (dont Icesave fait partie) sont déclarées en faillite et rachetées par l’état islandais. « Bientôt le Front Populaire », certains rêvaient déjà tout haut. Le modèle économique islandais a toujours été basé sur un système libéral favorisant les échanges internationaux de bien et de capitaux. Contrairement aux commentaires enthousiastes, la nationalisation du secteur bancaire islandais n’était pas la concrétisation d’une politique volontairement révolutionnaire. Il s’agissait plutôt de la conséquence de l’impossibilité pour la Banque Central d’Islande à garantir les dettes de ces géants de la finance. Les dettes cumulées des trois banques s’élevaient aux alentours de 350 milliards de couronnes alors que la réserve de la banque centrale était évaluée à 348 milliards de couronnes. Lire la suite…

Catégories :Economie, Europe Étiquettes : , ,

Du jardin d’Eden à la corbeille de Wall Street

Pour nous qui vivons dans nos maisons de briques et de béton, la campagne est souvent synonyme de nature. Loin des villes et du bitume, le monde végétal croitrait librement. Le Paysan serait alors le jardinier qui n’aurait qu’à se pencher pour en ramasser les fruits. Biblique, mais faux. Les paysans-agriculteur triment toute la sainte journée, parfois même le dimanche, pour arraché à la terre de quoi nourrir nos ventres repus d’occidentaux ou leurs ventres vides du tiers monde.

L’agriculture, peut-être plus que tout autres industries, est un enjeu majeur de l’économie. Alors, que dans notre confort bourgeois nous dissertons à l’infini des bienfaits de l’écologie raisonnée, une guerre économique fait rage aux portes mêmes de nos villes. Là, les paysans-agriculteurs sont harcelés par les directeurs de production des agro-industriels. À coup de circulaires et de réglementations étudiées. Lire la suite…

Catégories :Economie, International Étiquettes : , , ,

La Poste et le statut unique pour le travailleur

février 10, 2011 Laisser un commentaire

Vendredi 11 février, la poste part en grève. Encore un coup de ces gauchistes, syndicalistes et autres empêcheurs d’entreprendre en rond.
« Ces gens devraient déjà être bien comptant d’avoir du travail. Ces capricieux ne veulent rien connaître des réalités économiques internationales. » Voilà certainement ce que l’on va entendre de la part des représentants du patronat. Ce discours sera d’autant plus facile que les questions posées par les travailleurs et les syndicats porte sur d’aride et d’obscure réglementation et conditions contractuelles qui touche à l’évolution des statuts ouvriers et employés

bpost, entre ouvriers et employés

Johnny Thijs et les administrateurs de la poste proposent une réforme profonde de l’organisation des tris postaux et des services de distribution locale. Lire la suite…

Catégories :Belgique, Economie Étiquettes : , , , , ,

Pendez-le haut et cours – « lock-out » chez AB-InBev

janvier 22, 2010 Laisser un commentaire

En déclarant le « lock-out » sur les brasseries belges du groupe AB-InBev, Carlos Brito le CEO, à dépassé les limites des pratiques patronales tolérées lors d’un conflit avec les syndicats. Il est maintenant contraint de faire marche arrière sur son plan de licenciement et de revenir à la table des négociations avec les représentants du personnel. Il faut aussi indiquer que l’évolution du conflit cette dernière semaine menaçait de s’étendre en Europe. Ainsi, les travailleurs Néerlandais du groupe InBev ont refusé de distribuer leur bière en Belgique afin de ne pas affaiblir le rapport de force des brasseurs belges face à leur direction.

Point d’orgue, momentané, du conflit chez AB-InBev, ce mercredi Carlos Brito le CEO déclare le « lock-out » sur les brasseries de Leuven, de Hoegaarden et de Jupille en Belgique. Cette pratique du 19e siècle consiste à fermer son entreprise afin de priver tous les salariés de leur travail et de leur salaire. Sans organisations collectives solides, les travailleurs ainsi privés de leur salaire peuvent être amenés à accepter les exigences du patronat. Le « Lock-out », cette pratique visant à mettre à genoux les salariés d’une entreprise, est interdit par toutes les conventions collectives au titre qu’il s’agit d’une agression à l’encontre des moyens de subsistance des salariés. Mais, Carlos Brito fait le pari qu’en Belgique les autorités publiques seront trop lâche que pour lui reproché réellement d’user de ces pratiques de bandit. Lire la suite…

Catégories :Belgique, Economie Étiquettes : , , ,

La crise qui n’a pas eu lieu

janvier 10, 2010 Laisser un commentaire

La fin de la crise approche, tous les astrologues de l’économie se sont mis à l’unisson pour nous clamer la bonne nouvelle. Pour preuve, les grandes banques, comme Goldman Sachs, annoncent des bonus records pour le début 2010. Bien sûr, pour nous pauvres pécores, cette reprise de l’économie n’existe qu’à la télévision. C’est au point où l’on pourrait facilement confondre les nouvelles économiques avec un feuilleton de science-fiction. Pour la presse spécialisée, les indicateurs sont au vert. Les golden-boys, quoique plus discret qu’il y a quelques années, recommencent à parader et à inventer, encore, de nouveaux produits (structurés).

C’est le retour de la grande confusion entre économie réelle et économie financière.

Depuis l’effondrement des « subprimes » en 2008, les analystes nous ont expliqué toutes les subtiles différences et interdépendances entre l’économie réelle et l’économie financière. C’est-à-dire, comment les industries réelles, avec leur production, leurs travailleurs et leurs grèves et leurs exigences salariales, étaient passées au second plan laissant place à un système de spéculation sur le crédit qui , oh miracle, pouvait créer de la richesse sans produit, ni bien…

Lire la suite…

Catégories :Economie, International Étiquettes : , , , , , ,