Archive

Archive for mars 2012

Une stratégie, au travers et au-delà de l’ACTA

Une analyse sur le parcours du projet ACTA au sein des instances de la commission européenne.

Article disponible sur :  http://www.laquadrature.net/node/5506 le 08 mars 2012

 

Les événements de ces deux dernières semaines ont radicalement altéré le cours du débat sur ACTA et de sa procédure de ratification, tant au niveau européen que des États membres. La pression citoyenne colossale a eu un effet incontestable et a modifié l’équilibre des forces en présence. De peur qu’ACTA soit rapidement rejeté, le commissaire européen De Gucht a réussi à ralentir la procédure d’un ou deux ans. En gardant à l’esprit des objectifs clairs, il est peut-être temps de penser aussi au-delà d’ACTA pour comprendre comment tenter collectivement de protéger nos libertés en ligne, en repensant un régime du droit d’auteur malade, en guerre contre l’Internet libre.

ACTA est peut-être déjà mort

Nous, citoyens, pouvons être fiers

Lors de l’atelier public sur ACTA, la semaine dernière, en présence du commissaire Karel de Gucht et modéré par l’eurodéputé Vital Moreira, président de la commission INTA1, la tension manifeste l’a clairement démontré : le Parlement et la Commission ont désormais peur des citoyens et de la rue. Nous avons assisté pendant cet atelier à une parodie de débat, où les orateurs étaient soit des membres de la Commission, soit des universitaires, soit faisaient partie des rares pro-ACTA restant (dont l’administrateur d’un lobby pro-ACTA2 ! Aucun représentant des groupes d’auteurs, d’artistes ou de citoyens n’a été invité, malgré la demande de La Quadrature du Net d’y participer. Lire la suite…

Publicités
Catégories :Economie, Europe, International Étiquettes : , ,

Demain la guerre en Iran

Le remaniement du Proche et du Moyen-Orient n’est pas encore terminé. La prochaine cible, quand on en aura fini en Syrie, est déjà désignée : ce sera l’Iran. Les raisons d’attaquer l’Iran ne manquent pas. Ils portent des barbes. Ils multiplient les déclarations contre Israël et contre l’Occident en général. Ils ont un programme de fusées spatiales. Ils veulent enrichir leur uranium. Mais surtout, ils ont humilié la « Delta Force », dont les hélicoptères se sont ensablés durant la tentative militaire pour libérer les otages de l’ambassade des États-Unis à Téhéran, c’était le 07 avril 1980. Même Chuck Norris n’a pas su faire oublier ce désastreux épisode dans son film « Delta Force ».

Barack Obama, le successeur de Jimmy Carter à la Maison-Blanche, a d’ailleurs consacré le week-end dernier et même le lundi à cette question. Dimanche, le 04 mars 2012, Washington consacrait sa journée à recevoir Bibi Netanyahou, le premier ministre d’Israël. Étrangement, Obama, le président américain, a mis l’accent à l’issue de cette rencontre sur la nécessité de privilégier les options diplomatiques avec l’Iran. Il a insisté sur le coût que représenterait une intervention militaire contre Téhéran.

« (…) côté américain, l’on continue à insister sur le coût humain qu’une opération militaire contre l’Iran risquerait d’entraîner pour Israël, ainsi que le coût économique qu’elle entraînerait à la fois pour Israël et pour les Etats-Unis. » : Netanyahou chez Obama : divergences – http://www.lalibre.be/actu/international/article/724358/netanyahou-chez-obama-divergences.html

La guerre avec l’Iran permet au républicain d’avoir enfin un programme de politique internationale. Lire la suite…

Catégories :International, USA Étiquettes : , , , , , ,

Meister benelux ou la politesse germanique

Le commando à sa sortie de l'entreprise

Cette semaine, impossible de faire l’impasse sur les événements qui se sont déroulés dimanche 26 février à Sprimont en région liégeoise.

Meister – benelux SA, entreprise spécialisée dans l’usinage de pièce métallique destinée à l’industriel automobile entre autres, n’a jamais si bien porté son nom. En effet, dimanche dernier c’était bien un groupe de nostalgiques des S.A. (Section d’Assaut ou Sturmabteilung) que la direction du groupe Meister a mandaté pour prendre d’assaut l’usine de Sprimont, terroriser le personnel, détériorer l’outil de production, voler le matériel et la production.

Équipés de gilets pare-balles, armés de matraque et de battes de baseball, une vingtaine de néonazis débarquent dans les locaux de l’entreprise. Ils chassent rapidement les ouvriers de leurs postes de travail. Leur « blitz » sur l’usine parfaitement réussit, les nostalgiques des chemises brunes fêtent leur exploit en saccageant les locaux syndicaux et les vestiaires du personnel. Ils entreprennent, ensuite, de démonter une des machines à commande CNC de l’entreprise. Mais, cette opération se révélera finalement trop complexe pour ces brutes aux os épais. Ces machines sont en effet des chefs-d’œuvre de complexité extrêmement précise et fragile. Avec leurs matraques, ils durent se rendre compte finalement qu’ils étaient bien incapables de dévisser les moindres boulons. Ils se sont alors repliés sur ce qu’ils savaient faire, saccagé encore un peu les locaux de l’entreprise. Lire la suite…

Catégories :Belgique Étiquettes : , , , ,